Le territoire de Morlaix Communauté

Les chiffres du diagnostic partagé

JeTTT_rapport-de-diagnostic_mo-co_sept-2016

Présentation-diag-morlaixco

Analyse-des-questionnaires-13_16-ans_Mo-Co

Analyse-des-questionnaires-16_29-ans_Mo-Co

Morlaix-jeunes

Repères-jeunes_Morlaix Co

 

Etat des Lieux

Morlaix Communauté est une communauté d’agglomérations créée en 2000 et regroupant 27 communes, soit une population totale de 67 785 habitants (Chiffres INSEE au 1erjanvier 2015)

Morlaix Communauté dispose d’un budget d’environ 68 millions d’euros en 2014.

65 conseillers communautaires décident des politiques ensuite mise en œuvre par environ 120 agents communautaires.

Les instances délibératives :

  • Les commissions, composées d’élus des communes, qui ont un rôle consultatif
  • Le bureau exécutif, composé du Président, des 9 vice-Président(e)s et des 9 conseillers(ères) communautaires, prépare l’ordre du jour des conseils de communauté
  • Le conseil des Maires, composé de 37 élus (Président, vice-Président(e)s, conseillers(ères) délégué(e)s et tous les maires. C’est une instance de réflexion, d’avis et de propositions
  • Le conseil de communauté, composé des 65 élus communautaires. C’est l’instance de décision des actions.

L’environnement :

Morlaix Communauté, d’une superficie de 68 124 hectares, se situe au nord/est du département du Finistère, à l’ouest de la Bretagne, entre terre et mer. 8 communes bordent le littoral de la Manche et au sud les contre-fort des Monts d’Arrée. Les communes à l’est de la communauté sont limitrophes du département des Côtes d’Armor.
Le territoire de Morlaix Communauté peut-être caractérisé comme un territoire rural.

L’agriculture en quelques chiffres clés :

  • Le territoire compte environ 750 exploitations, d’une surface moyenne de 55 ha, soit environ 60 % de terre agricole sur l’ensemble du territoire.
  • Elles réunissent plus de 1000 exploitants et emploient environ 1500 salariés, répartis à 47 % sur les cultures (légumes et horticulture)
  • 32 % sur les élevages spécialisés (volailles et porcs), 21 % sur les élevages laitiers. Soit au total 1600 équivalents temps plein. (Source : Chambre d’Agriculture 2012)

Le paysage économique :

Un territoire relativement accessible : la voie express (RN12), l’axe Lorient-Roscoff, la voie ferrée Rennes-Brest, la proximité de l’aéroport de Brest, ainsi que le port en eau profonde de Roscoff, offrent au territoire une desserte satisfaisante.
Un modèle économique en difficulté. Au cours des dix dernières années, la progression des effectifs salariés dans la zone d’emploi de Morlaix est plus faible qu’au niveau régional. Le territoire se caractérise par une structure très spécialisée de l’emploi. Piliers historiques du développement économique du territoire, les secteurs de l’agriculture et de la pêche, et dans une moindre mesure, l’industrie agroalimentaire concentrent une part d’emploi nettement supérieure à la moyenne nationale. Ce secteur est en crise, avec un taux de chômage en augmentation, et un taux d’activités secondaires, liés à ces métiers, en perte de vitesse.
Les secteurs d’activités économiques : (données 2013) 2973 entreprises en activités ; 11 389 salariés, que l’on trouve majoritairement dans les services, commerces, tourismes. 948 commerces, dont 549 commerces concentrés sur Morlaix ou en périphérie proche.
Le taux de chômage de la zone d’emploi de Morlaix est de 9,3 % en 2013, alors que 10 ans plus tôt il n’était que de 7,3 %.
Zoom territorial Bassin d’emploi de Morlaix, (décembre 2014, Pôle emploi)
Bassin d’emploi : 61 communes qui comptent 128 974 habitants
Taux de chômage 9,8 %
Chômage des jeunes Moins de 25 ans 16 %
Évolutiondes demandes d’emploi + 6 % sur 2014

A noter : Historiquement, la première coopérative économique fut créée en 1905 par des ouvriers peintres. Il apparaît qu’il en reste vraiment une culture du travail coopératif sur le territoire.

Quelques caractéristiques du contexte à retenir…

  • 67 785 habitants
  • Territoire étendu, rural (60 % de terre agricole) 8 communes bordent le littoral
  • Un modèle économique en difficultés
  • Peu de commerces en milieu rural
  • Un pôle urbain fragilisé
  • Une culture associative et coopérative forte

 

Les jeunes sur le territoire communautaire :
Les jeunes générations vivent sur un territoire fortement vieillissant.

Démographie :

  • Ce sont environ 10 000 jeunes de 11 à 30 ans, soit 14 % de la population, qui résident sur notre territoire. (9209 jeunes de 11 à 29 ans. Chiffres observatoire social COMPAS 2011)
  • Géographiquement, cette tranche d’âge est plus importante sur la ville de Morlaix (environ 3000 jeunes), et sur les communes périphériques à la ville centre.
  • Morlaix ville centre de la communauté est une ville en baisse démographique importante : 3,6 % de baisse de la population entre le recensement de 1999 et celui de 2010.
  • Petite hausse en 2015, du essentiellement aux personnes se rapprochant des services et quittant la campagne.
  • 730 étudiants à la rentrée 2013/2014

Quelques chiffres supplémentaires :

  • Nombre de chômeurs de moins de 25 ans sur le territoire du Pays de Morlaix : 1120 jeunes (1680 pour les 50 ans et plus) (PAME du 3 mars 2015, données fin 2014)
  • Nombre de contrats d’avenir : en 2014 : 80 contrats d’avenir (données Mission Locale)
  • Nombre de services civiques :  11 signés en 2014 (données de la DDCS)

Quelques caractéristiques à retenir…

  • Territoire vieillissant
  • 14 % de 11/30 ans sur Morlaix Communauté
  • Nombre d’étudiants en augmentation (projet d’un nouvel IUT en cours)
  • 16 % de jeunes de moins de 25 ans au chômage
  • Exode des jeunes qualifiés

Le Projet Politique Jeunesse communautaire

Le 1er projet Politique jeunesse avait été validé en conseil de communauté pour la période 2007/2012. Suite à son évaluation, il a été reconduit sur 2013/2017.

Ce nouveau projet politique jeunesse s’inscrit :

  • Dans la continuité du projet politique jeunesse communautaire 2007/2012
  • Dans le partenariat avec le Conseil Général du Finistère via le contrat de territoire qui se traduit par la convention cadre « Politiques jeunesses »
  • Dans les valeurs partagées avec le Conseil Régional : « charte d’engagement pour les jeunes bretons » et l’instance bretonne de concertation B16
  • Dans les orientations du projet politique national

La finalité :

Le Projet Politique Jeunesse vise l’accompagnement des jeunes, adultes de demain, en visant le bien-être, l’indépendance, la citoyenneté (développer l’esprit critique) et les relations entre les générations. Cette finalité conditionne forcément les actions communautaires que nous allons mettre en place par la suite. La politique jeunesse communautaire doit se penser globalement sur tout le territoire avec tous les acteurs jeunesses (parents, professionnels éducatifs : enseignants, éducateurs, animateurs… professionnels d’insertion, de l’emploi, du logement, de la culture….)

Pour 2013-2017, nous nous appuyons sur :

Des convictions :

  • Les jeunes ont besoin d’être accompagnés pour construire leur bien-être et l’estime qu’ils ont d’eux-mêmes.
  • Par leur capacité à comprendre la société, les jeunes construisent leur identité de citoyen.
  • La politique jeunesse est l’affaire de tous et se mène avec les jeunes.
  • La mise en place de la politique jeunesse est une mission de service public.

Des enjeux :

  • Accompagner les jeunes dans la transition vers le monde adulte.
  • Observer les jeunes pour comprendre leurs attentes et leurs besoins.
  • Mener une politique jeunesse nécessairement transversale.

Des principes d’action :

  • Prendre en compte tous les acteurs éducatifs
  • Favoriser les expérimentations
  • Construire collectivement les actions avec les jeunes
  • Comprendre les contextes dans lesquels les jeunes évoluent

Une action différenciée sur deux tranches d’âge :

  • 11-17 ans : Appui aux communes, proposer un travail en réseau aux acteurs élus et professionnels et leur apporter les ressources méthodologiques et théoriques dont ils ont besoin pour affiner leur offre en direction des jeunes
  • 18 ans et plus : Complémentarité des communes pour répondre aux jeunes adultes dont les demandes se multiplient et se diversifient, travail transversal lié aux différentes compétences de Morlaix Communauté.

Un travail en réseau reconnu :

  • Depuis 2006, la démarche participative fut instaurée au niveau politique jeunesse communautaire, puisque les deux projets sont des projets politiques co-construits et co-écrits avec différents partenaires. Le travail en réseau est donc un préalable à toute action collective.
    Cette pratique se vérifie dans l’action collective co-construite, mais également dans la participation des différents professionnels jeunesses sur des formations communes pour se créer une culture commune.
  • Des conventions partenariales nous lient aux institutionnels, pour une meilleure cohérence et complémentarité, comme dit précédemment avec le conseil général, la CAF et la Mission Locale…
    La transversalité inter services reste aussi un point important, développé durant les dernières années, notamment sur les actions jeunesse/économie, jeunesse/culture, jeunesse/environnement, jeunesse/santé, jeunesse/insertion, jeunesse/habitat…

Acteurs jeunesses du territoire :

  • 14 espaces jeunesses ; 1 Point Information Jeunesse ; 1 Mission Locale du Pays de Morlaix (4 communautés) ; 11 collèges ; 4 lycées ; 1 Maison Familiale Rurale ; 1 Auberge de Jeunesse ; 1 FJT (Foyer de jeunes travailleurs) ; RESAM (Réseau d’échange et de services aux associations du Pays de Morlaix) ; ADESS ; 1500 associations actives, tous domaines confondus et répertoriées auprès du RESAM.
  • Associations portées par des jeunes : Le Reuz ; Tabularaza ; club escalade ; PZH (Penzé Zone Heureuse) ; Festival zic an san séo et festival Vision ; Associations d’étudiants et la Maison des lycéens ; Association La Croisée du FJT ; Une junior association ; plusieurs Conseils municipaux de jeunes…

Des expérimentations collectives, de l’action à la participation:

Le travail en réseau, la réflexion collective et les constats menés par les différents services communautaires ou acteurs jeunesses du territoire ont permis la concrétisation d’expérimentations.

En voici 3 exemples :

  • Public 18/35 ans : « Imagin’action »
    Morlaix Communauté en tant que territoire rural vieillissant, est plus touché par le chômage que l’ensemble du Finistère. L’exode des jeunes diplômés est important. Les services jeunesses du Conseil Général du Finistère et de Morlaix Communauté s’associent pour lancer une expérimentation sur la participation et l’installation des jeunes en milieu rural. Plusieurs partenaires à cette action, la Mission locale, le RESAM, l’ADESS, les services insertion et économique de Morlaix Communauté, les associations locales…« Imagin’action » : entre formation, accompagnement, initiative et participation, Imagin’action est une expérimentation qui a été menée durant 3 ans sur le Pays de Morlaix. Il s’agissait d’une formation innovante et gratuite qui proposait à une quinzaine de jeunes de réfléchir pendant 12 jours à leur installation sur le territoire. 70 stagiaires ont pris part aux 5 sessions. Une évaluation a été réalisée lors de l’été 2013.
    De cette action est née un collectif de jeunes citoyens et la création d’une association d’éducation populaire « le reuz » et plusieurs créations d’entreprises, d’associations.

 

  • Public des collégiens, acteurs éducatifs, sociaux et de santé : Collèges et estime de soi
    Nous avons été sollicités par quelques collèges, qui face à des situations de jeunes qui se dégradaient, ne pouvaient plus faire seuls. Une méconnaissance des possibilités de partenariats étaient flagrantes. Depuis 2009, l’atelier santé-ville et la coordination jeunesse de Morlaix Communauté, en partenariat avec le coordinateur jeunesse de la Ville de Morlaix, ont lancé une action de prévention de long terme sur le thème de l’estime de soi dans les collèges. Un travail partenarial entre les équipes pluridisciplinaire des collèges (infirmières, assistantes sociales, CPE, professeurs, assistants d’éducation) et des personnes extérieures (animateurs jeunesse, acteurs de la prévention, etc…) s’est alors engagé pour quatre ans, afin de suivre le passage au collège de toute une tranche d’âge.
    L’évaluation a démontré une prise de conscience des collégiens sur ces notions, même si le concept d’estime de soi reste difficile à évaluer. Ce qui est réel par contre est le travail en réseau avec et autour du collège, et l’inter connaissance de toutes les professions intervenant auprès des jeunes durant et en dehors des temps scolaires.
    Aujourd’hui l’action se poursuit sans notre intervention directe, et s’oriente plus vers l’objectif suivant : « Créer un environnement et un climat favorisant l’épanouissement des élèves et prévenir les violences scolaires », avec un axe « éducation par les pairs ».

 

  • Public jeunes, parents, professionnels jeunesses, élus : Colloq’action
    La politique jeunesse est un axe central de la politique gouvernementale. Depuis 2007, la communauté s’est investit dans ce domaine et fait vivre une politique jeunesse concertée avec les autres collectivités et les professionnels jeunesses du territoire. Pour son renouvellement, après 5 ans d’existence, il est proposé d’aller plus loin en proposant aux citoyens d’être force de proposition sur les 5 axes validés pour les 5 prochaines années. C’est pourquoi, nous avons organisé une « Tempête de cerveaux sur les jeunesses » ou comment s’approprier le projet politique jeunesse communautaire, en proposant ce « colloq’action ».
    Le fil conducteur de la journée : Accueillir les jeunesses sur le territoire, leur donner une place, les accompagner dans leur vie quotidienne, développer leur esprit critique, les accompagner dans le passage de l’adolescence vers l’âge adulte… Ce colloq’action a été co-construit entre partenaires de jeunesses, sociologues, élus, et jeunes citoyens.

Des actions en perspectives:

En lien avec les différents services de la communauté, d’une part, et les acteurs du territoire, d’autre part, plusieurs pistes de perspectives pour l’avenir, en lien aussi avec les propositions issues du Colloq’action.
Jeunesse-Emploi-Insertion-Empowerment:

  • Créer des bourses pour l’autonomie des jeunes
  • Développer le concept « Imagin’action » en le positionnant comme un espace d’émergence d’idées dans un parcours d’insertion, et notamment lié à l’ économie sociale et solidaire
  • Mettre en place une coopérative jeunesse de services
  • Mettre en place « la grande école du numérique » en lien avec la cyber-base
  • Proposer des budgets autonomes et sans contraintes pour des collectifs de jeunes qui souhaitent s’installer et créer une dynamique sur le territoire
    Jeunesse-environnement-Insertion
  • Développer un BTS sur le développement de l’économie circulaire
    Jeunesse-Culture
  • Développer des « passerelles culturelles » entre les artistes et les créateurs, et prévoir la transmission entre générations
  • Aller vers les lieux informels d’accueil et de vie des jeunes, comme les bars, créateurs de lieux sociaux, de lieux inter-générations, de lieux culturels, sociaux…